CNRS : Centre National de la recherche scientifique
Le CNRS Annuaires Accueil CNRS Autres sites CNRS
Accueil > En images > 11/03/15 - Mission de restitution aux communautés shawi
  • 1. Un trajet de 3 jours de bus depuis Lima est nécessaire pour rejoindre la ville de Yurimaguas, qui borde le fleuve Huallaga et son affluent le Paranapura. De là partent des pirogues à destination des différents villages où vivent les communautés amérindiennes chayahuita, aussi dénommées shawi. Soledad, l’un de ces villages, sera la destination finale de Guillaume Odonne pour cette mission de restitution.

  • 2. Première étape à Yurimaguas chez le directeur de l’école de Soledad. Guillaume Odonne lui remet des ouvrages.

  • 3. Des habitants de Soledad présents à Yurimaguas découvrent l’ouvrage avec intérêt. Le recueil de toutes les informations y figurant a fait l’objet d’un accord préalable avec les autorités coutumières.

  • 4. Ces enfants reconnaissent certaines plantes

  • 5. L’embarcadère de Santa Lucia à Yurimaguas, sur le fleuve Paranapura. Ces pirogues de transport mettront deux jours pour rejoindre Soledad, à une centaine de kilomètres en amont.

  • 6. Une pirogue de fret au départ de Yurimaguas. Elle convoie un moto-taxi et du matériel pour les travaux de l’école de Soledad.

  • 7. Sur la pirogue jusqu’à Soledad. On se protège comme on peut du soleil et de la pluie sur la durée du trajet.

  • 8. Après une première nuit passée sur un banc de sable, lever de soleil sur le fleuve Paranapura.

  • 9. Dans le respect des règles de déontologie et d’éthique qui gouvernent les ethnosciences, l’ouvrage publié sur la base des savoirs traditionnels des communautés autochtones fait l’objet d’une restitution au cœur des communautés où ont été menées, en 2007 et 2008, les enquêtes ethnobotaniques.

  • 10. 150 exemplaires du livre ont été remis aux autorités coutumières de Soledad et des hameaux environnants, destinés à être distribués aux postes de santé, aux collèges et aux habitants.

  • 11. Les indiens shawi découvrent l’ouvrage publié sur la base des enquêtes ethnobotaniques réalisées par Guillaume Odonne durant son immersion au sein des communautés.

  • 12. L’ouvrage sert ici de support à la transmission du savoir entre un ancien et des enfants du village.

  • 13. Le carnet de notes de Guillaume. Les savoirs traditionnels ne sont pas détenus, en Amazonie, par une seule personne. Ils sont collectifs à l’échelle des communautés. Leur recueil répond à une méthodologie scientifique pour pouvoir les recenser de la manière la plus exhaustive possible.

  • 14. Intérieur d’une maison traditionnelle shawi.

  • 15. Préparation du masato, la bière de manioc locale. Une recette similaire connue sous l’appellation cachiri est produite par les amérindiens de Guyane.

  • 16. Service du masato, la bière de manioc locale.

  • 17. Un abattis à dans le village shawi de Canoapuerto. En premier plan apparaissent des pieds de manioc doux, une culture répandue dans toute l’Amazonie. On aperçoit en arrière plan les contreforts de la cordillère de San Martin.

  • 18. Le site de roches gravées de Kumpanama, situé dans la montagne à environ 4 heures de marche du village de Balsapuerto, est un haut lieu de la culture shawi.

  • 19. Guillaume Odonne, ethnobotaniste, est chercheur au CNRS, en poste en Guyane française. Il est ici sur le Yanayucu, au cœur d’un de ses terrains de recherche, en Amazonie péruvienne. On le voit à la barre d’un peque-peque, embarcation légère qui lui permet de se déplacer entre les nombreux écarts autour du village principal de Soledad, même dans de faibles tirants d’eau.